RETOUR TRANSMETTRE IMPRIMER SAUVEGARDER

Création d'un corps policier à Mercier
L'incohérence du gouvernement Couillard coûtera cher aux citoyens de la région de Châteauguay



Le mercredi 14 septembre 2016

Comme la Ville de Châteauguay l'a toujours soutenu, la création d'un corps policier à Mercier est tout sauf une bonne nouvelle pour les citoyens de la région. En effet, ce sont les contribuables qui feront les frais de cette décision qui va à l'encontre de l'esprit de la Loi sur la police qui, lors de son adoption en 2003, par souci d'économie et d'efficacité, favorisait le regroupement des corps policiers.

« Nous ne remettons pas en cause la volonté de Mercier d'avoir son propre corps policier. Il s'agit là d'autonomie municipale. Nous sommes toutefois convaincus que cette décision sera préjudiciable financièrement aux citoyens de Mercier en premier lieu », commente la mairesse de Châteauguay, Nathalie Simon.

La Ville de Châteauguay et sa mairesse sont particulièrement déçues du manque de respect dont a fait preuve le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire dans ce dossier.

« Je suis renversée par le manque de courage politique du ministre Coiteux, qui n'a jamais accepté de nous rencontrer, ni pour discuter du dossier et encore moins pour avoir la délicatesse de nous informer lui-même de cette décision, et ce, malgré nos nombreuses demandes en ce sens. Par ailleurs, je suis encore plus déçue de constater que M. Coiteux fait fi des intérêts des citoyens des villes de Châteauguay, Beauharnois, Saint-Isidore et Léry en ne respectant pas les engagements pris au départ par son prédécesseur, Pierre Moreau, qui exigeait que Mercier s'entende avec Châteauguay », déplore la mairesse Nathalie Simon.

En novembre 2015, le ministre Pierre Moreau annonçait qu'il permettrait la création du corps policier de Mercier, desservie depuis 2003 par la Ville de Châteauguay, à la condition que Mercier s'entende avec Châteauguay sur le paiement des sommes dues depuis la fin de la première entente en 2013. La Ville de Mercier devait aussi respecter l'article 74 de la Loi sur la police concernant le partage des effectifs policiers et s'engager à offrir un service de police de niveau 2. 

Or, à ce jour, aucune entente n'est intervenue et la Ville de Châteauguay a été obligée de se tourner vers le tribunal pour le paiement des services rendus à sa voisine. « 4,8 M$ nous sont dus par Mercier », conclut Nathalie Simon.

 
             

Adresse http://www.rimq.qc.ca/detail_news.php?ID=596615
RETOUR TRANSMETTRE IMPRIMER SAUVEGARDER
Suivez-nous sur les médias sociaux
Nouvelles les plus consultées